Festival algérieMot de la ministre de la culture
festival algerie
عربية Le Festival Le mot de la Ministre Le Comité Presse Editions Précédentes Contact  
 

Le Mot de la Commissaire
creation feminine algerie
L'esthétique féminin
festival feminin
Hommage
festival feminin
Le Programme
Galerie Photos
Vidéos
creation algerie femme
Revue de Presse
Bibliographie de références
Liens
fncf
Nos Partenaires
festival
Retour à l'accueil <
 
 PARTAGER
Festival algerie, creation feminine
 
LE MOT DE LA MINISTRE FNCF 2013
mot de la ministre

Madame Khalida Toumi Ministre de la culture algerie
  TERRE-PATRIE
Hommage à aicha hadda fncf 2013
Terre nourricière que l’on laboure, fertilise, que l’on arrose ; terre ancestrale que l’on défend qu’on libère de ses indus occupants par devoir filial.

En Algérie, où le combat pour la libération a exigé de terribles sacrifices, ce mot ne peut pas s’entendre sans penser que la terre est d’abord le socle de la patrie et le support de notre existence en tant que peuple et nation. On parle souvent de « mère-patrie ». On pourrait aussi bien dire notre « terre-patrie » en ce cinquantième anniversaire de l’Indépendance.

Et c’est donc avec bonheur que le Festival national des femmes créatrices a choisi comme thématique de sa quatrième édition cette belle enseigne, « Ma terre. Ma liberté de créer ».

Quel génie a-t-il fallu pour que nos aïeux les plus lointains aient pensé à s’emparer de la terre pour la malaxer, la pétrir comme le pain, la façonner, la modeler, la cuire, la décorer, pour de nombreuses utilités quotidiennes mais, également, pour sa beauté et les valeurs qu’elle pouvait véhiculer ? De là, sont nés tous ces arts qui nous ravissent aujourd’hui encore : la poterie, la céramique, la mosaïque ou la sculpture.

Le patrimoine de l’Algérie compte d’ailleurs, dans ces registres là, des pièces uniques au monde, sur lesquelles nous nous devons de veiller comme sur la prunelle de nos yeux. Mais il nous importe également de perpétuer les gestes qui ont donné le jour à ces trésors du passé par des créations actuelles, que ce soient celles de l’artisanat aux inspirations millénaires ou encore celles de l’Art qui cherche à innover et réinterpréter autrement les héritages.

Dans cet élan créatif autour de la terre et de l’ensemble de ses composants, il est certain que les femmes ont joué et jouent encore un rôle qui dépasse la considération artistique et va chercher ses sources dans leur conscience particulière des enjeux de l’existence sur terre.

Et la présence forte et évocatrice de Aïcha Haddad – qui fut à la fois moudjahida, peintre et sculpteure - et à laquelle cette édition du Festival est dédiée, ainsi que de merveilleuse céramiste, Ouiza Bacha, qui vient de nous quitter et recevra un hommage lié à la Journée nationale de l’Artiste, ouvre un vaste champ de significations où se mêlent l’histoire de l’Algérie, le courage de ses femmes, la grandeur de l’Art et une idée tellement généreuse de la liberté et de la dignité.

Celle-là même qui rendit définitivement insupportable, l’asservissement de notre terre-patrie.

Madame Khalida Toumi
Ministre de la Culture
Haut de Page ^



 
creation algerie Copyright © 2010 - 2013 Festival National de la Création Féminine Algérie - Tous droits Réservés
Conception, Réalisation et Référencement - bsa Développement